Radiothéraphie cérébrale : mise en place d’un numéro vert

Parce que le droit à l’information du patient ne constitue pas un risque mais une chance, il faut souligner la création d’un numéro vert pour garantir l’information des personnes bénéficiant de radiothérapies cérébrales :

0.820.03.33.33

 

Ce numéro – dont on peut cependant regretter que l’appel soit facturé 12 centimes la minute – a été mis en place suite à une erreur de calibration d’un matériel marque BrainLab installé au CHU de Toulouse.

Il n’est pas certain que ce dispositif constitue un outil suffisant pour ramener la confiance parmi les personnes les plus concernées, à savoir les patients eux-mêmes et dans la population en général. Il ne s’agit pas pour autant comme le fait Eric Favereau dans un article en date du 13 juin de laisser croire que le système est pourri : « Y aurait-il quelque chose de pourri dans le monde de la radiothérapie ? » ni de se laisser bercer d’illusion par les effets d’annonce prononcés dans l’urgence par la ministre de la santé Roselyne Bachelot jouant les pompiers de service en affirmant vouloir « doubler en cinq ans le nombre de radiophysiciens » alors que dans le même temps elle précise avoir « demandé à la Société française de radiothérapie et d’oncologie et à une structure indépendante d’évaluer en six mois les besoins humains et matériels de l’ensemble des 182 centres de radiothérapie en France » (source). Comment ignorer que la spécialité de radiophysique requiert des études complémentaires dont chacun sait pertinemment que la durée de cinq ne permettra pas de doubler les effectifs en formations ?

Alors pour ceux qui veulent se renseigner plus avant, je vous renvoie sur le site de la Société Française de Radiologie Oncologique qui donnent de nombreux liens.

 

 

Laisser un commentaire